Collectif PULSE : POUR UN LITTORAL SANS EOLIENNE, email :
Vous êtes ici : Projets éoliens Projets des 6 zones propices Zone 'Saint-Brieuc' Actualités

Newsflash

Le gouvernement a détaillé les 5 zones sacrifiées pour l'installation d'une première vague de 600 éoliennes à proximité immédiate du littoral : Dieppe / Le Tréport, Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint Brieuc, Le Croisic / La Baule

La suite...

 

Actualités

CP Gardez les Caps - 26 mai 2014

Imprimer PDF

Association Gardez les Caps - COMMUNIQUE DE PRESSE 26 mai 2014

Eolien en Baie de Saint-Brieuc : l’enfumage continue

Quelles fondations ? Quelles machines ? A quel prix de rachat de l’électricité ?

Les articles récents du Télégramme et d’Ouest-France viennent hélas confirmer ce que Gardez les Caps dit depuis maintenant trois ans.

  • Après 2 ans d’études, le maître d’ouvrage du projet éolien en baie de Saint-Brieuc déclare ne toujours pas savoir quelles fondations choisir !

Après avoir annoncé des fondations « jackets » (treillis métallique), il parle désormais de fondations gravitaires, soit une emprise de béton sur les fonds marins de 700 m2 par éolienne (15 fois plus large que prévu), au total des millions de tonnes de béton pour le bétonnage d’au moins 43 400 m2 de la baie de Saint-Brieuc.
Cet élément technique change dramatiquement la donne pour la préservation de l’écosystème de la baie, et pour les pêcheurs qui se sont prononcés sur des  fondations « jackets ». C'était aussi la position du Conseil général des Côtes-d'Armor : Le Télégramme du 06 novembre 2013, et l’intervention du représentant du Conseil général lors de la réunion du suivi éolien à Saint Brieuc le 28 février 2013.

  • Les éoliennes changent de nature : elles seraient désormais des machines de 8MW, d’une hauteur d’environ 220 mètres, avec des pales de 90 mètres de long ! Rappelons que l’appel d’offres retenu par le Ministère de l’Environnement est sur la base de machines de 5MW pour une hauteur de 175 mètres.

  • Nous ne savons toujours pas quel sera le prix de rachat de l’électricité par EDF, ni quelles sont les caractéristiques techniques retenues pour le choix de l’exploitant, alors que c’est une obligation légale !Tout le Débat public s’est déroulé sans connaître ces données. A la suite du recours contentieux de Gardez les Caps, en dépit de l’avis de la Commission d’accès aux documents administratifs, aucun élément n’a été fourni. Nous avons déposé une demande d’injonction auprès du Tribunal Administratif de Paris en novembre 2012. Toujours aucune réponse alors que la Cour des comptes a épinglé le choix du lauréat pour irrégularité (Rapport de la Cour des comptes de juillet 2013).
  • Mais à qui profite ce projet ?
    Les emplois locaux annoncés sont sous réserve. Et pour cause, on ne sait toujours pas ce qui va être implanté, comment, et à quel prix ?
    Dans quelle démocratie vivons-nous ? Une Cour des comptes qui dénonce des irrégularités que personne ne prend en considération. Un Ministère qui refuse de transmettre des dossiers en toute illégalité. Des appels d’offres à géométrie variable sans contrôle des services de l’Etat. Du sponsoring qui achète … Et des politiques qui se taisent … Que disent nos élus ? RIEN ! Connaissent-ils vraiment le dossier ? Une courte enquête réalisée avant les municipales, montre qu’ils sont globalement peu, ou mal informés.


Un citoyen peut-il accepter ces disfonctionnements ? NON ! Un lobbying bien rôdé et abondamment financé profite de la complexité technique du secteur de l'énergie pour fabriquer le consentement de l'opinion publique. REAGISSONS, inscrivons la baie de Saint-Brieuc dans une logique de développement cohérent, donc durable.

N’acceptons pas l’implantation d’une usine électrique qui produira une énergie subventionnée onéreuse, inefficace et polluante, dont les risques n'ont pas été évalués.

N’acceptons pas un projet qui remet en cause l’économie littorale des Côtes d’Armor.


Gardez les Caps est une association indépendante dont l’objet est la préservation de l’environnement naturel, marin, et littoral de la baie de Saint-Brieuc, ainsi que le développement harmonieux de ses activités économiques et culturelles.

Blog http://gardezlescaps.org – Nous écrire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Mairie de Plévenon
Rue du Cap - 22 240 Plévenon
Tel : 02 96 41 32 78
Contact presse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Communiqué de Presse - Gardez les Caps - 4 Novembre 2013

Imprimer PDF

Association GARDEZ LES CAPS – Mairie de Plévenon, 22 240 Plévenon (Baie de St-Brieuc, Cap Fréhel-Cap d'Erquy)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

GARDEZ les CAPS / COMMUNIQUE DE PRESSE – 4 novembre 2013


Dans son dernier rapport sur la politique de développement des énergies renouvelables, la Cour des Comptes dresse le bilan de l'éolien en France et livre un réquisitoire d'une rare sévérité à l'encontre des projets d'usines éoliennes en mer.
L'analyse de la Cour des Comptes révèle un appel d'offres truqué, des risques non évalués, des rythmes de coûts qui s'accélèrent, des tarifs explosifs, des emplois illusoires, des études d'impact inexistantes. L'attribution à Ailes Marines du projet de parc éolien offshore en baie de Saint-Brieuc est épinglée.


La lecture des titres de chapitres du rapport de la Cour des Comptes « La politique de développement des énergies renouvelables » suffit pour mesurer l'ampleur de la critique faite par une institution au langage ordinairement mesuré.
Objectifs, production réelle, coûts, politiques de soutien, réalité des emplois créés, déstabilisation du marché de l'électricité et des réseaux d'acheminement, augmentation des émissions de CO2 etc., la charge est sévère, et démontre que les décisions sont prises sans aucune visibilité énergétique, financière, économique, environnementale (1).

(1) L'aspect environnemental (faune, flore, milieu aquatique, paysages) n'entre pas dans les attributions de la Cour des Comptes dont le rôle est de contrôler le bon emploi et la bonne gestion des fonds publics. Il est soulevé mais non étudié. Personne ne l'étudie d'ailleurs, sauf les promoteurs des projets à qui l'Etat délègue cette tâche ...


Voici un florilège non exhaustif des 241 pages de ce rapport consacré aux énergies renouvelables et à l'éolien industriel en mer dont le projet en baie de Saint-Brieuc, rapport que politiques, décideurs, élus, devraient lire pour décider en toute connaissance de cause.

Mise à jour le Dimanche, 24 Novembre 2013 22:54 Lire la suite...

Communiqué de Presse - Gardez les Caps - 20 Novembre 2013

Imprimer PDF

Association GARDEZ LES CAPS – Mairie de Plévenon, 22 240 Plévenon (Baie de St-Brieuc, Cap Fréhel-Cap d'Erquy)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

GARDEZ les CAPS / COMMUNIQUE DE PRESSE – 20 novembre 2013

La bulle des énergies renouvelables : un marché de 35 000 Milliards d'€uros
Analyse de l'impact sur l'appel d'offres de la Baie de Saint-Brieuc

 
En 1997, l'Europe a ratifié le protocole de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effets de serre, se fixant l'objectif de réduire de 20% les rejets de CO2 à l'horizon 2020, tandis que les principaux pays « pollueurs » refusaient de le signer. Si cet objectif est atteint, les dispositions européennes participeront au mieux, à une diminution du réchauffement climatique de 1 à 6 millièmes de degrés d'après les estimations faites en l'absence de chiffres officiels.

Le coût de la mise en œuvre du Protocole de Kyoto a été évalué par l'Agence Internationale de l'Energie à 45.000 Milliards de $ (environ 35.000 Milliards d'€uros), soit plus que la dette souveraine mondiale, ouvrant ainsi un marché colossal à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, marché qui a immédiatement attiré de nombreux financiers.

Bénéficiant de l'aide des Etats, des conglomérats se sont rapidement créés autour des secteurs dits « énergies renouvelables » ou « propres » voire « vertes » ou « intelligentes ». La précipitation dans les prises de décisions, l'insuffisance des connaissances, des études et des contrôles préalables participent à l'opacité des projets qui foisonnent, projets qui, par nature, sont d'ordres financiers avant d'être industriels.

 

EN EXEMPLE, LE PROJET EOLIEN EN BAIE DE SAINT-BRIEUC

1- VOLET FINANCIER : un ensemble de petites structures vides à responsabilité limitée

Ailes Marines : une SAS au capital de 3.000 €uros pour un marché public de 7 à 8 Milliards d'€uros
Avec un capital de 3.000 € (difficile de faire moins), la SAS Ailes Marines, structure vide (0 salariés / 0 €uros de chiffre d'affaires) en perte de - 4 Millions d'€uros en 2011 et de -5.146 €uros en 2012, endettée de 14 Millions d'€uros (2012), s'est vue attribuer un marché de 7 à 8 Milliards d'€uros de chiffre d'affaires (estimation en €uros constants durant 20 ans) avec un investissement de 2 Milliards d'€uros.
Le statut de SAS présente la particularité de n'exiger aucun capital minimum, de limiter la responsabilité des associés aux apports et de leur laisser une grande liberté pour gérer la société sous réserve de quelques dispositions prévues par la loi.
Quels sont les actionnaires de la SAS Ailes Marines ?

Mise à jour le Dimanche, 24 Novembre 2013 22:28 Lire la suite...

Pétition contre la 'Catastrophe de la Baie de Saint Brieuc'

Imprimer PDF

L'association "Gardez les Caps" lance une pétition

 asso_gardez_les_caps_header

 

Un projet vise à implanter une centrale éolienne dans la baie (devant le cap Fréhel et non loin de Saint Cast) et cette association s'emploie à nous faire prendre conscience des impacts environnementaux que cela implique.

Cela n'est aujourd'hui encore qu'un projet et c'est pourquoi IL EST TEMPS D'AGIR afin de faire reculer le gouvernement et le conseil général !

L'implantation des éoliennes et de la centrale sous marine préfigure ceci (cf: association "baie des caps"): "ce sont 100 éoliennes de 170 mètres accompagnées d'une sous-centrale électrique qui sont prévues... il suffit d'aller au Cap Fréhel et de regarder Saint Malo (21 km), le clocher qui n'est ni très élevé (72 mètres) ni très large se voit distinctement par temps normal..."

Outre l'impact visuel négatif sur notre si belle baie... je me demande ce qu'il adviendra des fonds sous marins... de la biodiversité marine, que ce soit pour les algues, les crustacés ou les poissons ? Se retrouveras t'on avec de la vase (comme dans la Rance depuis le barrage) sur nos plages ? Que sera le trafic maritime ? Y aura t'il des zones protégées empêchant les plaisanciers d'approcher !?

Pourquoi risquer de perturber notre faune marine encore si riche ? Lorsque les touristes vont à la pêche à pied en été, la région leur remet un fascicule qui les sensibilise sur l'importance de remettre en place le moindre caillou soulevé afin de préserver des dizaines d'années de développement de la vie qui y accroît... Qu'adviendra-t'il des fonds marins pendant et après la construction des éoliennes dans la mer ?

Merci de signer afin de protéger une des plus belles baie du monde !

 

 

Cette pétition est également soutenue par le "Petit écho de la Rance"

PetitEchoDeLaRance

Mise à jour le Samedi, 02 Février 2013 09:21

Projet de Iberdrola, Areva dévoilé

Imprimer PDF

La propagande du porteur de projet dans Ouest-France :

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/cotes-darmor-iberdrola-devoile-son-projet-deoliennes-mer-31-01-2012-42506

Côtes d'Armor. Iberdrola dévoile son projet d'éoliennes en mer


Le premier producteur mondial d'énergies renouvelables envisage d'implanter 100 éoliennes de 5 MW au large de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor). Son projet prévoit notamment la création d'au moins 140 emplois directs.

Un projet de 2 milliards d'euros

Qui remportera le marché pour la construction du parc de 100 éoliennes en baie de Saint-Brieuc ? Areva, Alstom ou Siemens ont répondu à l'appel d'offres lancé par le gouvernement. Après l'étude de leurs offres par la commission de l'énergie, le gouvernement devrait annoncer le nom du vainqueur en avril, juste avant la présidentielle. Il s'agit d'un projet de 2 milliards d'euros d'investissement, sur un parc de 80 km2, pour une production de 500 mégawatts (l'équivalent d'un demi-réacteur nucléaire), qui pourrait démarrer en 2015 avec une mise en service à l'horizon 2018-2019.

Des pointures internationales

Le consortium Iberdrola regroupe cinq entreprises d'envergure internationale : l'Espagnol Iberdrola est le premier producteur mondial d'énergies renouvelables ; Eole RES, l'un des leaders mondiaux de l'éolien ; Areva, l'un des premiers acteurs mondiaux de l'éolien en mer ; Technip, leader mondial français de la réalisation de projets offshore complexes ; et Neoen Marine, acteur français indépendant qui, avec la caisse des dépôts et consignations, conçoit et développe des projets éoliens en mer. S'il est retenu, leur projet doit générer 260 millions d'euros de chiffre d'affaires par an.

Saint-Cast ou Saint-Quay pour la maintenance

« Un tel défi ne peut être relevé qu'en associant les acteurs locaux à sa réalisation », martèlent Philippe Kavafyan, directeur d'Areva Wind France et Jean-Christophe Chomette, directeur France d'Iberdrola. 130 réunions de concertation locales ont été organisées depuis avril 2010. Plusieurs entreprises bretonnes ont été identifiées comme étant capables d'être sous-traitantes. « Nous souhaitons créer une filière d'excellence sur ce territoire, privilégier les emplois locaux en octroyant un maximum de marchés à des PME et former localement les futurs techniciens d'exploitation d'éolienne », répètent les représentants du consortium qui ont présélectionné Saint-Cast-le-Guildo et Saint-Quay-Portrieux comme ports potentiels de maintenance. Le port de Brest serait, lui, le port logistique.

Création de 140 emplois directs

Selon le consortium, l'activité industrielle liée à la fabrication de pièces des éoliennes ou des fondations et à la construction du parc éolien générera un volume d'au moins 140 emplois directs. D'autres seront créés par des retombées indirectes (restauration, services, logements...). « Des mesures incitatives via la fondation Areva par exemple, participeront à la création de 100 emplois supplémentaires en Baie de Saint-Brieuc », apprend-t-on. Par ailleurs, la taxe spéciale éolienne en mer devrait atteindre 6,8 millions d'euros par an. Elle sera répartie entre les communes, situées à 12 miles nautiques des premières éoliennes, les pêcheurs et les autres usagers de la mer.

La filière pêche préservée et soutenue

Le consortium affirme avoir travaillé en « étroite collaboration » avec les comités de pêche pour optimiser la surface occupée par le futur champ d'éoliennes. La zone principale et secondaire de production des coquilles Saint-Jacques aurait notamment été évitée. Un soutien à des projets de pêche comme le réensemencement de naissains de coquilles Saint-Jacques, une campagne d'éradication des crépidules et le soutien aux viviers de homards réfrigérés de Paimpol est également envisagé. Mais deux autres consortiums sont également en lice...

La réalité : 

La réalité est moins édulcorée ! Il est plutôt étonnant que le champion du nucléaire AREVA use lui même d'arguments trompeurs comme annoncer que ses 100 éoliennes produiraient autant qu'un demi réacteur nucléraire !!

Les emplois annoncés sont très faibles, mais ce n'est pas une nouveauté ! Par contre les emplois détruits de la filière pêche sont passés sous silence.

Mise à jour le Dimanche, 19 Février 2012 22:23

Page 1 sur 2

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

La menace éolienne

Vous êtes ici : Projets éoliens Projets des 6 zones propices Zone 'Saint-Brieuc' Actualités