Collectif PULSE : POUR UN LITTORAL SANS EOLIENNE, email :
Vous êtes ici : Economie - Emploi impact sur la pêche et l'économie locale

Newsflash

Les débats publics sont ouverts pour les zones de Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint Brieuc, Saint Nazaire. Venez nombreux défendre votre territoire, votre patrimoine, votre pouvoir d'achat !

 

 

impact sur la pêche et l'économie locale

Imprimer PDF

Impact sur la pêche

     La pêche sera difficilement accessible pour les « trémailleurs » (arts dormants et lignes) et aux arts traînants (chaluts et dragues), de même pour les bateaux de plaisance. Dès le premier accident, il sera interdit d’y poser lignes et filets.

     Les ressources seraient détruites pendant la construction, ou rendues inaccessibles entre le littoral et les parcs éoliens. Les ressources régénérées par effets récifs, si cela se vérifie, ne seront pas plus exploitables auprès des îlots.

     Ces amputations de zones de pêche entraîneraient des situations de « sur-pêche » dans les autres zones. Cette somme de restrictions ferait qu’inexorablement, des navires et des équipages seraient condamnés et disparaîtront sur tout le littoral.

     De plus, la situation géographique des parcs éoliens va entraîner des augmentations de consommation de gazole pour tous les navires car ils devront contourner ceux-ci.

 

Impact sur l'économie locale

     Attribuer une concession pour produire de l’énergie électrique sur la zone de pêche revient à évincer les pêcheurs de leur espace de travail et à les priver de leurs ressources. C’est sciemment mettre en péril un équilibre financier qui plongerait les patrons pêcheurs dans les dettes et les marins au chômage, tout en condamnant toute une filière sur terre !


     Ces difficultés des activités portuaires se répercuteraient inévitablement sur le tourisme et le commerce local qui en découlent. Le principal atout touristique des stations du littoral est l’animation des ports de pêche avec ses activités dérivées : conditionnement, expédition, préparation, stockage, saurisserie, poissonneries, vente directe sur le port, etc. Gage de fraîcheur et de qualité, 90 % de la marchandise des poissonniers provient de la pêche locale. Ses qualités sont génératrices d’une restauration prospère et d’une gastronomie reconnue. Cela a nécessité pour subvenir à cette demande, à l’implantation de lycées professionnels avec des filières de restauration hôtellerie. Les pêches et foires saisonnières (harengs, maquereaux, coquilles Saint-Jacques) amplifient ces activités de vente, de dégustation avec les animations traditionnelles qui y sont attachées. Leur développement est constant depuis plusieurs décennies et rayonne dans les communes et stations avoisinantes. C'est l'attrait touristique des communes côtières qui est menacé.

 

Impact sur l'emploi

1 emploi en mer = 3 emplois à terre


     Dans la filière du poisson ce sont des centaines, voire un millier d’emplois existants et pérennes que nous défendons, en qualité et en quantité dans des activités en plein développement. Ancestrale, la pêche est encore aujourd’hui une richesse et une activité essentielle de communes du littoral français. Souvent de vieilles familles qui ont toujours animées et ont fourni marins, patrons pêcheurs et armateurs. Dans la pêche moderne, c’est un métier de forte technicité et de grosses responsabilités. Les emplois, censés apporter une contrepartie voire une reconversion, ne sont pas en rapport avec cette qualification, avec l’esprit de liberté et la passion qui anime chaque marin : métier de producteur qui nourrit et qui en fait la noblesse, privilégié de père en fils. La construction des parcs éoliens apporterait des activités de manutention, de techniciens très spécialisés, de manœuvres, l’exploitation quelques emplois de pilotes ou de guides touristiques dans un parc miné !

 

 

Une profession et toute une filière en péril

     La production électrique européenne en mer : un moyen de plus pour faire disparaître la pêche côtière artisanale. Ces champs éoliens décimeraient la pêche côtière locale puis celle des façades maritimes française. Mais peut-être est-il la nouvelle pierre d’un vaste plan qui condamnerait la pêche artisanale française pour faire place à la production de poissons d’élevage des pays nordiques et à la production éolienne européenne sur « l’autoroute de l’énergie Manche et Mer du Nord ». Tout converge en ce sens et pour y parvenir il est nécessaire de sacrifier cette activité ancestrale, considérée comme ringarde et dépassée par les technocrates et pseudo-écologistes de Bruxelles !
Le Danemark cité en exemple, et le modèle type d’une pêche artisanale anéantie au profit de la pêche industrielle destinée à nourrir les fermes de saumon d’élevage.

 

 

Sources et inspiration : cahiers d'acteurs dans le cadre du débat public du projet éolien en mer des deux côtes :

CRPMEM du Nord-Pas de Calais / Picardie : Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins Nord-Pas de Calais / Picardie
CRPMEM de Haute Normandie : Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Haute-Normandie

CAPA : Société Coopérative des Artisans Pêcheurs Associés

M. Jean-Marie Byhet, natif du Tréport, élu municipal de cette petite ville portuaire, en charge au sein de la municipalité des problèmes de la mer et de la pêche. Ancien pêcheur et patron pêcheur pendant plusieurs décennies.

La menace éolienne

Vous êtes ici : Economie - Emploi impact sur la pêche et l'économie locale