Collectif PULSE : POUR UN LITTORAL SANS EOLIENNE, email :
Vous êtes ici : Thématiques Etat des connaissances

Newsflash

Le gouvernement a détaillé les 5 zones sacrifiées pour l'installation d'une première vague de 600 éoliennes à proximité immédiate du littoral : Dieppe / Le Tréport, Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint Brieuc, Le Croisic / La Baule

La suite...

 

Etat des connaissances

Imprimer PDF

Un état des connaissances succinct :

La faune marine n'a pas encore livré tous ses secrets aux scientifiques.

Les études d'impact réalisées à ce jour pour les projets éoliens offshores étrangers n'ont pas permis à la science d'affirmer ou infirmer certains impacts.

Pire ! Certaines études concluaient à l'absence d'impact significatif, par exemple les études Danoises montraient que les cétacés ne seraient dérangés que lors des phases de construction des parcs éoliens offshore. Mais en 2010, les scientifiques alertent les autorités sur la dangerosité des parcs éoliens en mer, ce sont les nuisances sonores qui sont pointés du doigt !

 

Des études scientifiques dépendantes des réglementations intérieures :

En fonction des pays et des réglementations, les études menées n'ont pas les mêmes objectifs.

Les parcs éoliens Danois sont situés sur des zones où la pêche a disparu. On comprend aisément que les études liées à la pêche sont alors très succinctes. Mais c'est justement sur ce type d'étude que le lobby éolien s'appuie pour abuser les élus et l'administration : "regardez au Danemark, il n'y a pas de problème"...

 

 

Des protocoles d'études parfois empiriques :

Toutes les études actuelles font l'objet de critiques :

Des méthodes d'analyses non adaptées au milieu, des prélèvements pas assez nombreux ou non représentatif, un manque de connaissance préalable sur l'ensemble de la chaine alimentaire, une méconnaissance sur la faune benthique...

 

 

Des conclusions d'études difficilement généralisables :

Certaines études locales comme au Danemark ou en Allemagne ne sont pas transposables en France ou ailleurs !

La salinité, la température de l'eau, les fonds marins, les profondeurs et les distances aux côtes, la faune marine.... sont autant de paramètres différents qui rendent la banalisation des études impossibles.

 

 

Les volontés politiques plus fortes que les études scientifiques :

Aux USA, l'administration Obama a récemment démontré que les impacts sur la faune marine et l'avifaune avait peu d'importance, l'éolien offshore étant une priorité politique ! Ce cynisme a ainsi valu au Président Obama les foudres des associations de protection des mammifères marins.

Il en est de même dans d'autres pays comme au Danemark ou en Angleterre, la France suit ce même chemin pour "honorer" ses prétendues obligations européennes.

La menace éolienne

Vous êtes ici : Thématiques Etat des connaissances