Collectif PULSE : POUR UN LITTORAL SANS EOLIENNE, email :
Vous êtes ici : PULSE Communications du collectif PULSE Communiqué de presse 5 décembre 2013

Newsflash

Le gouvernement hollandais a annoncé une révision radicale de la politique énergétique hollandaise en supprimant toutes les subventions pour l’éolien offshore…

La suite...

 

Communiqué de presse 5 décembre 2013

Imprimer PDF

logo-PULSEPULSE Communiqué de presse:  5 décembre 2013

Les 1.200 Éoliennes offshore : la sécurité maritime en jeu et le littoral en danger


Programmés le long du littoral français (1), ces maillages de champs d'éoliennes sont des écueils redoutables pour la navigation maritime. Cette nouvelle complexité pour les marins induit des risques d'accidents de la navigation. Ils ont été sous-évalués, voire ignorés par les autorités. En cas d'avaries durant la conduite d’un navire, les conséquences pour leurs équipages et leurs passagers, pour l'environnement, d’un accident maritime pourraient dépasser celles du Torrey Canyon, de l’Amoco Cadiz, du TK Bremen.

Imagine-t-on les conséquences d'un accident tel que celui du Costa Concordia, devant évacuer 4500 personnes, sur un navire en perdition au milieu d'une centrale électrique d'éoliennes ?

Depuis fin 2006, date à laquelle le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord avait opposé un refus au projet des 156 turbines en face du Tréport (2), de nombreux organismes nationaux et des ONG ont lancé des alertes pour mettre en garde les dirigeants de notre pays sur ces risques. Parmi eux citons: l’Institut Français de la Mer (3), la Marine marchande (4), l’ancien Président du Comité national des pêches (5), et le Président du Conseil départemental du Pas de Calais (6),  l’ONG Robins des Bois (7)

Leurs craintes sont aujourd’hui confirmées par une nouvelle alerte internationale du 11 novembre 2013 lancée par le directeur des gardes-côtes néerlandais “ Il suffit d’un seul parc éolien, et un incident comme celui du navire de croisière Costa Concordia est probable. Il a coûté plus d'un milliard d’euros ".

Cet organisme demande en urgence à son gouvernement une nouvelle évaluation des risques pour la mer du Nord (8).

Bien que le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable français admette que les éoliennes perturbent les radars météorologiques et ceux de la sécurité militaire, il n‘a pas pris en compte, dans sa note de juillet 2013 (9), ces dangers pour la sécurité de la navigation maritime, avec les conséquences que ces perturbations pourraient avoir sur la population des marins de la pêche, du commerce, de la plaisance, sans oublier les sauveteurs en mer et héliportés.

PULSE demande au Président de la République, au Premier Ministre et au Ministre de l'Écologie, la suspension immédiate des programmes  de l'éolien en mer car les risques qu’ils feraient porter sur la sécurité maritime et pour le littoral n'ont pas été évalués à leur juste mesure.

 

Contact presse
Catherine Boutin
+33(0)610287112
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

http://stop.eolien.offshore.free.fr/

Bernard schumpp
06 07 95 24 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

PULSE « Pour Un Littoral Sans Éoliennes »
Collectif national regroupant pécheurs, commerçants, UMIH NP, Tour Com, élus, associations de défense de l'environnement, du patrimoine et de loisirs (pêche, plaisance, chasse, randonnée...)

 

Références

(1) Ministère de l’écologie et du développement durable : 1200 éoliennes, programmées au raz des rivages de la France ?

(2) Refus catégorique du Préfet maritime au projet des 156 turbines en face du Tréport.

(3) Rapport de la politique maritime de la France par Jean-Yves Besselat, Député du Havre, Rapporteur du Budget de la Mer, Administrateur de l’Institut Français de la Mer (page 34 du rapport de Novembre 2009)
"Notre mer est très vaste, et c’est la raison pour laquelle je ne crois pas qu’il soit raisonnable d’envisager l’implantation d’éoliennes en Manche ou dans les approches de cette mer. L’extraordinaire densité de navires dans cette zone maritime : 230 000 navires transitent chaque année entre Ouessant et le Cap Gris Nez soit aujourd’hui 600 navires par jour, et certainement plus demain, pose un problème redoutable de sécurité maritime qu’on ne peut contourner. Cette précaution vaut aussi pour les activités de pêche. La sécurité est une priorité absolue. Rappelons que l’accident de l’Erika a coûté
900 millions d’euros à la collectivité nationale."

(4) Revue  Annuelle de la marine marchande sur les dangers pour la navigation surtout pour les navires en panne et pour leur assistance  (IFSMA, ANNUAL REVIEW 2008 – 2009) 

(5) Comité National des pêches : Pierre-Georges Dachicourt  ancien président.
(La-Voix-du-Nord-17|02|2011)
"Dans ces projets, la sécurité en mer est elle aussi bafouée, il n'y a que huit cents mètres de bâbord à tribord d'une éolienne. Il faut donc se faire à l'idée qu'il va falloir envisager pas mal d'opérations de sauvetage".

(6) Conseil Départemental du Pas de Calais Dominique Dupilet (président)
(La Voix du Nord - 08.01.2012)
"C'est avec stupeur que j'ai pris connaissance de l'arrachage des pales de plusieurs éoliennes situées sur ce site de Widehem à proximité de l'A 16.Cet incident aurait pu provoquer une catastrophe. …C'est la deuxième fois dans le Boulonnais qu'un tel accident arrive, le premier envol de pales ayant eu lieu sur les éoliennes de la digue Carnot à Boulogne. Ce nouvel accident  me pousse à réclamer une nouvelle fois un moratoire et une réflexion sur l'installation de tel équipement. … Faudra-t-il qu'un accident mortel arrive pour que les pouvoirs publics se saisissent vraiment de ce dossier ?"

(7) Association Robin des Bois "Après l’étalement urbain, voici l’étalement marin"
 "..Les promoteurs d’éoliennes offshore et d’hydroliennes sont experts en communication et en sémantique. Ils se présentent comme de paisibles rentiers du vent et des courants. Ils construisent des « fermes » éoliennes et hydroliennes. En vérité, ce sont des usines. Les syndicats d’énergies renouvelables, Areva, EDF, utilisent les mêmes méthodes de communication et de persuasion que pour le nucléaire : concertations restreintes, informations cloisonnées, voyages d’étude et petites promesses particulières, travaux préliminaires, bluff technologique, marginalisation des opposants…" communiqué 17 janvier 2013

(8) Gardes côtes  hollandais  Alerte du 11 novembre 2013
"La mer du Nord est déjà l'une des mers les plus fréquentées au monde…..Avec un nombre croissant d’éoliennes…chaque obstacle augmente le risque d’accident. Le directeur souligne que 100 à 150 navires sont à la dérive chaque année en mer du Nord. " Avec seulement un parc éolien, vous avez un accident comme celui du navire de croisière Costa Concordia qui  a coûté à l'État Italien plus d'un milliard d’euros  et il demande une nouvelle évaluation des risques pour la mer du Nord.

(9) Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable N° 53 juillet 2013

La menace éolienne

Vous êtes ici : PULSE Communications du collectif PULSE Communiqué de presse 5 décembre 2013