Collectif PULSE : POUR UN LITTORAL SANS EOLIENNE, email :
Vous êtes ici : Accueil

Newsflash

Le gouvernement espagnol a annoncé une suspension des subventions aux énergies renouvelables. La réduction de la dette de l'état est passé par là...

La suite...

 

Impact sur la faune marine

Impact sur la faune marine

Après l'étalement urbain voici l'étalement marin

Imprimer PDF

Pulse se félicite de la prise de conscience de l'association Robin des Bois sur les dangers de l'éolien offshore et de la manipulation médiatique qu'exerce ces financiers pour tromper la population et les politiques.

 

http://www.robindesbois.org/communiques/mer/environnement/2013/apres-l-etalement-urbain-l-etalement-marin.html

 Logo Robin des BoisCommuniqué de Robin des Bois, 17 Janvier 2013

Après l'étalement urbain, voici l'étalement marin


L'offshore est la solution pratique pour réduire l'impact et l'emprise des activités humaines sur le littoral. La mer côtière est en voie de colonisation et de privatisation. L'appropriation en est facile ; il n'y a pas de populations indigènes, seulement des organismes aquatiques peu experts en matière de pétitions et de contentieux juridiques. La tendance est à mettre en mer ce qui embête à terre. Les Energies Marines Renouvelables à quelques kilomètres de la côte s'inscrivent dans cette tendance. Elles sont le cheval de Troie d'autres installations et d'autres emprises.

Mise à jour le Lundi, 21 Janvier 2013 20:53 Lire la suite...

Eoliennes en mer du Nord : mesures d'insonorisation pour la protection des marsouins

Imprimer PDF

Eoliennes en mer du Nord : mesures d'insonorisation pour la protection des marsouins


Les parcs éoliens allemands en cours de construction en mer du Nord se situent très loin des côtes, dans des zones où la mer atteint jusqu'à 40 mètres de profondeur. Selon le type d'assise des éoliennes, un ou plusieurs pieux de fondation en acier de plusieurs mètres de diamètre sont alors enfoncés dans le sous-sol du fond marin, jusqu'à 30 mètres de profondeur. Lors de ce processus, chaque impact dans le sous-sol produit une onde de pression se propageant dans l'eau. Celle-ci provoque un bruit sous-marin qui dépasse la limite de 160dB à une distance de 750 mètres prescrite par l'Office fédéral de l'environnement. En effet, ces bruits peuvent conduire à une destruction de l'appareil auditif des marsouins peuplant la région environnante, et ainsi à une perte d'orientation complète de ces derniers.

Lire la suite...

Et si les éoliennes offshore perturbaient les poissons ?

Imprimer PDF

Article paru sur le Journal de l'Environnement, par Valéry Laramée de Tannenberg

A terre, les aérogénérateurs sont affublés de tous les maux: ils gâchent le paysage, aveuglent les riverains au coucher du soleil (effet stroboscopique), hachent menu l’avifaune, perturbent la réception des signaux hertziens. Aux Antilles, une rumeur tenace les accuse même d’attirer les requins.

Qu’à cela ne tienne, on va les installer au large, ont dit les experts. Au loin, les champs d’éoliennes perturbent moins la vie quotidienne de leurs détracteurs. Du moins jusqu’à présent. Car les éoliennes marines sont désormais suspectées de gravement perturber la vie des poissons.

Les champs d’aérogénérateurs produisent du bruit, lequel peut provoquer des troubles nerveux chez certaines espèces de poissons. Lors de son prochain congrès (qui se tient du 25 au 27 mai à Seattle), la société d’acoustique américaine va faire le point sur les nuisances sonores sous-marines des parcs éoliens offshore. Au centre des discussions: une étude d’Arthur Popper, de l’université du Maryland.

Spécialiste de la question, le chercheur américain estime que le bruit des turbines en fonctionnement accroit le bruit de fond d’une dizaine de décibels, sur de grandes distances. Certes, ces perturbations sont moins dangereuses pour l’ichtyofaune que les sonars ou les tirs de mines, mais elles pourraient néanmoins accroître la production de cortisol, une hormone régulant le cycle circadien, le métabolisme des graisses et certaines réponses du système immunitaire.

La découverte d’Arthur Popper n’étonnera malheureusement pas les spécialistes. En 2007, trois chercheurs (portugais et autrichien) ont montré que la signature sous-marine des navires perturbaient la communication des poissons-crapauds (Halobatrachus didactylus).

En 2004, une étude réalisée par Subacoustech, pour le compte du Crown Estate britannique, avait aussi montré que les bruits générés lors de l’installation des éoliennes en mer (creusement des tranchées pour la pose de câble, pose des mâts) faisaient fuir certaines espèces de poissons et de mammifères marins.

Mise à jour le Mardi, 07 Juin 2011 21:28

impact sur les cétacés

Imprimer PDF

Les cétacés sont victimes des éoliennes offshore

Les cétacés et les éoliennes "offshore" ne font pas "bon ménage" selon des spécialistes réunis jusqu'à mercredi (24 mars) à Stralsund.

Mise à jour le Lundi, 10 Janvier 2011 21:34 Lire la suite...

Impact faune marine

Imprimer PDF

Impact sur les écosystèmes

     Quelle que soit la technique de fondation, il y aura, pendant la phase de construction, la destruction inévitable des ressources halieutiques et bien sûr des zones de frai. La fixation des pieux dans les fonds marins de consistance solide va-t-elle nécessiter l’utilisation d’explosifs qui amplifieraient les dégâts ? L’enfouissement des câbles dans la zone et entre la zone et le littoral sera lui aussi destructeur.

La réaction d’évitement y serait certaine pour les poissons et mammifères marins pendant et longtemps après les travaux. Un rapport suédois de l’université de Stockholm, conclurait que la ressource devient plus abondante et diversifiée près des fondations et diminue très nettement dès qu’on s’en éloigne. Un risque peut être l’établissement d’espèces invasives.

Quoiqu’il en soit, la pêche serait impossible à proximité de ces récifs.
Par ailleurs, il ne faut pas oublier l’incidence du mouvement des sédiments. Par exemples, la Baie de Somme, classée parmi les plus belles baies du monde, ou encore la baie d’Authie et le port d’Etaples déjà victimes d’un ensablement naturel, pourraient voir leur situation s’aggraver avec ces nouvelles installations. Sur ce point comme sur bien d’autres, les promoteurs n’apportent aucune réponse fiable quand à l’absence de nocivité sur leur projet.

Les effets cumulatifs en matière de courantologie et turbidité, de sédimentologie, sur les populations benthiques et pélagiques, de bruits acoustiques et champs magnétiques, qu’aurait l’implantation en grand nombre de ces éoliennes ne sont pas évaluables à ce jour. Les données disponibles sont basées sur des parcs restreints et récents n’ayant aucune caractéristique commune avec les façades maritimes françaises. Leur transposition à des parcs de moyenne et grande ampleur est en conséquence aléatoire, incertaine, non significative et non fondée sur des études scientifiques pertinentes.

 

Aujourd'hui, la communauté scientifique s'inquiète du déploiement massif de l'éolien offshore sur les populations de cétacés. Les nuisances acoustiques s'ajoutent à la pollution sonore actuelle. Les perturbations sont suffisamment sérieuses pour placer l'éolien en mer parmi les nouvelles menaces.

 

Sources et inspirations : cahiers d'acteurs des professionnels de la pêche lors du débat public du projet des 2 côtes.

Mise à jour le Dimanche, 09 Janvier 2011 23:15

La menace éolienne

Vous êtes ici : Accueil