Collectif PULSE : POUR UN LITTORAL SANS EOLIENNE, email :
Vous êtes ici : Accueil

Newsflash

Le gouvernement a détaillé les 5 zones sacrifiées pour l'installation d'une première vague de 600 éoliennes à proximité immédiate du littoral : Dieppe / Le Tréport, Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint Brieuc, Le Croisic / La Baule

La suite...

 

stop à l'éolien offshore le long du littoral : en mer comme en région côtiere. Collectif PULSE Pour Un Littoral Sans Eolienne

Professionnel, élus, organismes de loisirs, de protection de l'environnement et du patrimoine, syndicats professionnels, personnalités connues sur le plan régional, national ou simple citoyen,

 wind-turbines-offshore-NON

Vous refusez que votre activité professionnelle, votre région, votre littoral soient durablement détruits par l'implantation d'éoliennes côtières, alors  

Rejoignez les 4138 signataires du collectif,

en signant la pétition en ligne !


CP Robin des Bois L’horizon et les plages du D-Day menacés par une zone industrielle

Imprimer PDF

D-Day Rommel éoliennes Robin des Bois

L’horizon et les plages du D-Day menacés par une zone industrielle

La zone industrielle maritime occupera 50 km2 et sera hérissée par 75 monstres d’acier et de matériaux composites non recyclables de 150 m d’envergure. Ils culmineront à 180 m au dessus de la mer. Les fonds marins seront percés par les pieux de fondation. Les sédiments marins seront occupés par un fouillis de câbles électriques. Chaque machine pèsera au minimum 1500 tonnes. Aucune éolienne de ce type et de cette puissance, 6 Mw, n’a prouvé en condition réelle sa capacité de résistance et de productivité.

Les projets démesurés d’usines éoliennes au large de Noirmoutier, de Saint-Nazaire, de Saint-Brieuc, des plages du Débarquement, de Fécamp et du Tréport sont promus et mis en œuvre par Alstom, AREVA et EDF, ceux-là même qui ont imposé à la France le miracle nucléaire. La prudence s’impose.

Les paysages maritimes font partie du patrimoine, de la richesse et de l’attraction de la France. Les risques environnementaux, technologiques et financiers sont sous-estimés. La sécurité maritime est négligée.

Face au déluge de promesses fantaisistes, aux incertitudes techniques et financières et à la course au gigantisme, Robin des Bois réclame une pause et une réflexion objective sur la mise en place des énergies marines.

 

Voir aussi :
Le poker venteur, communiqué du 8 avril 2014
La déferlante hydrolienne, communiqué du 30 septembre 2013
Après l’étalement urbain, voici l’étalement marin, communiqué du 17 janvier 2013


Logo Robin des Bois

CP Gardez les Caps - 26 mai 2014

Imprimer PDF

Association Gardez les Caps - COMMUNIQUE DE PRESSE 26 mai 2014

Eolien en Baie de Saint-Brieuc : l’enfumage continue

Quelles fondations ? Quelles machines ? A quel prix de rachat de l’électricité ?

Les articles récents du Télégramme et d’Ouest-France viennent hélas confirmer ce que Gardez les Caps dit depuis maintenant trois ans.

  • Après 2 ans d’études, le maître d’ouvrage du projet éolien en baie de Saint-Brieuc déclare ne toujours pas savoir quelles fondations choisir !

Après avoir annoncé des fondations « jackets » (treillis métallique), il parle désormais de fondations gravitaires, soit une emprise de béton sur les fonds marins de 700 m2 par éolienne (15 fois plus large que prévu), au total des millions de tonnes de béton pour le bétonnage d’au moins 43 400 m2 de la baie de Saint-Brieuc.
Cet élément technique change dramatiquement la donne pour la préservation de l’écosystème de la baie, et pour les pêcheurs qui se sont prononcés sur des  fondations « jackets ». C'était aussi la position du Conseil général des Côtes-d'Armor : Le Télégramme du 06 novembre 2013, et l’intervention du représentant du Conseil général lors de la réunion du suivi éolien à Saint Brieuc le 28 février 2013.

  • Les éoliennes changent de nature : elles seraient désormais des machines de 8MW, d’une hauteur d’environ 220 mètres, avec des pales de 90 mètres de long ! Rappelons que l’appel d’offres retenu par le Ministère de l’Environnement est sur la base de machines de 5MW pour une hauteur de 175 mètres.

  • Nous ne savons toujours pas quel sera le prix de rachat de l’électricité par EDF, ni quelles sont les caractéristiques techniques retenues pour le choix de l’exploitant, alors que c’est une obligation légale !Tout le Débat public s’est déroulé sans connaître ces données. A la suite du recours contentieux de Gardez les Caps, en dépit de l’avis de la Commission d’accès aux documents administratifs, aucun élément n’a été fourni. Nous avons déposé une demande d’injonction auprès du Tribunal Administratif de Paris en novembre 2012. Toujours aucune réponse alors que la Cour des comptes a épinglé le choix du lauréat pour irrégularité (Rapport de la Cour des comptes de juillet 2013).
  • Mais à qui profite ce projet ?
    Les emplois locaux annoncés sont sous réserve. Et pour cause, on ne sait toujours pas ce qui va être implanté, comment, et à quel prix ?
    Dans quelle démocratie vivons-nous ? Une Cour des comptes qui dénonce des irrégularités que personne ne prend en considération. Un Ministère qui refuse de transmettre des dossiers en toute illégalité. Des appels d’offres à géométrie variable sans contrôle des services de l’Etat. Du sponsoring qui achète … Et des politiques qui se taisent … Que disent nos élus ? RIEN ! Connaissent-ils vraiment le dossier ? Une courte enquête réalisée avant les municipales, montre qu’ils sont globalement peu, ou mal informés.


Un citoyen peut-il accepter ces disfonctionnements ? NON ! Un lobbying bien rôdé et abondamment financé profite de la complexité technique du secteur de l'énergie pour fabriquer le consentement de l'opinion publique. REAGISSONS, inscrivons la baie de Saint-Brieuc dans une logique de développement cohérent, donc durable.

N’acceptons pas l’implantation d’une usine électrique qui produira une énergie subventionnée onéreuse, inefficace et polluante, dont les risques n'ont pas été évalués.

N’acceptons pas un projet qui remet en cause l’économie littorale des Côtes d’Armor.


Gardez les Caps est une association indépendante dont l’objet est la préservation de l’environnement naturel, marin, et littoral de la baie de Saint-Brieuc, ainsi que le développement harmonieux de ses activités économiques et culturelles.

Blog http://gardezlescaps.org – Nous écrire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Mairie de Plévenon
Rue du Cap - 22 240 Plévenon
Tel : 02 96 41 32 78
Contact presse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

GDF-Suez hérite du 2ème appel d'offres

Imprimer PDF

Résultat du 2 ème appel d'offres : GDF-Suez hérite des zones du Tréport et des îles d'Yeu et Noirmoutier

Royal éolienne allemagne gfd-suez edp neoen areva

Pour ses premières mesures en tant que ministre de l'environnement, Ségolène Royal a annoncé le 7 mai 2014 l'attribution des zones du Tréport et des îles d'Yeu-Noirmoutier pour GDF Suez.

Cette annonce démontre que Madame Royal continue la politique des précédents gouvernements en sabordant la France et en imitant l'échec de la révolution énérgétique allemande.

Le règne de Royal commence donc sous l'égide de l'"écologie punitive", avec le massacre du littoral Français, l'augmentation continuelle du cout de l'énergie au plus grand profit des lobbies industrialo-financiers, la destruction de la biodiversité, le torpillage des artisans pêcheurs et des activités côtières...

Ces 2 nouvelles zones au profit de GDF-Suez signifie-t-il que seuls les clients de GDZ-Suez supporteront la facture ?
La réponse est non !

Tous les consommateurs seront mis à contribution, en première ligne les citoyens les plus modestes et la classe moyenne. Ce cout sera répercuté également sur les artisans et PME/PMI, accentuant un peu plus la baisse de compétitivités des entreprises Françaises.

Ces 2 zones d'une puissance installée de 1.000 MW ne produiront que l'équivalent d'une petite centrale thermique de 300 MW ou 19% d'un EPR hic... mais pour le cout d'un EPR !
Mais ce point n'est qu'un détail pour madame Royal.

Quel est l'intérêt de GDF-Suez dans l'éolien ?
- Se donner une image d'entreprise verte, le greenwashing par excellence.
- S'assurer un complément de revenu sur le dos des citoyens (tarif de rachat prohibitif garanti par l'Etat).
- L'éolien étant intermittent, les recours aux centrales thermiques, principalement au gaz, vont augmenter, tout bénéfice pour GDF-Suez !
- L'éolien ouvre droit au marché du carbone, "les droits à polluer" seront ventilés dans les activités polluantes de GDF-Suez.
C'est la logique du pollueur gagnant. La double peine revient pour les citoyens, les payeurs de la politique de Greenwashing de GDF-Suez.
- Amuser les politiques de tout bord, et avoir la paix avec les "écolos" et autres ONG dites environnementales.

Mise à jour le Dimanche, 11 Mai 2014 21:16

Un vice dans le paradis vert allemand

Imprimer PDF

Excellente analyse de la transition énergétique Allemande dont nos politiques français veulent à tout prix imiter !

Logo Europe 1Europe 1 - L'éco et vous - 6 h 25, le 8 mai 2014

Thomas Sotto et Axel de Tarlé :

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/L-eco-et-vous/Sons/Un-vice-dans-le-paradis-vert-allemand-2115219/#

 

* Quel est le plus gros pollueur de l'Union européenne ? Eurostat a publié hier le bilan carbone de l'Union pour l'an dernier 2013 et le vainqueur est donc : l'Allemagne ! Eh oui, et c'est un échec complet pour la fameuse transition énergétique allemande.

* Eh oui, échec complet puisqu'en matière d'écologie, le mauvais élève, l'homme malade de l'Europe comme on dit, eh bien c'est l'Allemagne qui est, et de très loin, le plus gros pollueur de l'Union européenne avec 760 000 tonnes de CO2 rejetées l'an dernier. C'est plus du double des émissions françaises qui sont de moins de 350 000 tonnes. D'ailleurs si on compte par habitant, un Allemand pollue quasiment deux fois plus qu'un Français.

* Ça c'est grâce au nucléaire, non ? On rejette moins de CO2 en France avec nos centrales ?

* Alors exactement. Mais d'ailleurs de ce point de vue, si l'on considère que le problème numéro un pour l'environnement, c'est le réchauffement climatique, alors, on ferait mieux d'être pour le nucléaire français, de soutenir le nucléaire français plutôt que de soutenir la transition énergétique allemande qui aggrave les choses parce que, ça c'est l'autre point noir que souligne le bilan 2013 publié hier : en Allemagne, le mal s'aggrave, les émissions de CO2 ont progressé l'an dernier de 2 % alors qu'elles ont reculé dans l'Union européenne de 2,5 %.

* Attendez, ce n'est pas aussi parce que l'économie allemande est dynamique là où la nôtre est un peu... atone ?

* Alors, cela n'explique pas tout. L'économie allemande a certes progressé l'an dernier (+ 0,4 %) mais vous noterez que les rejets de CO2, eux, ont progressé de 2 %, c'est-à-dire 5 fois plus vite. Non, il y a fondamentalement quelque chose de vicié dans le paradis vert allemand et c'est très paradoxal parce que l'Allemagne est le pays le plus avancé dans la transition énergétique : les énergies propres représentent maintenant près du quart de la production d'électricité en Allemagne alors que chez nous, ce n'est même pas 4 % si l'on enlève l'hydraulique.

* Mais alors qu'est-ce qui ne fonctionne pas dans cette transition énergétique ? C'est quand même inquiétant ?

* Ben oui, mais l'explication, on la connaît malheureusement par cœur : le problème fondamental des énergies vertes, le solaire et l'éolien, c'est que ce sont des énergies intermittentes qui ne fonctionnent pas tout le temps. Donc, pour avoir de l'électricité tout le temps, on est obligé d'avoir en secours des centrales classiques, et comme tout cela coûte très cher, puisqu'il faut tout avoir en double, pour réduire les coûts on compense avec des centrales à charbon qui polluent énormément. Et voilà comment au final, les Allemands paient très cher leur électricité, quasiment deux fois plus cher que chez nous, parce que ces énergies vertes, elles coûtent cher pour un résultat plus que médiocre puisqu'au final on voit que les rejets de CO2 progressent en Allemagne.

* Mais alors (on espère que Dany Cohn-Bendit n'est pas encore réveillé...), cela veut dire que l'on fait fausse route, qu'il faut arrêter la transition énergétique ?

* Eh bien écoutez, il faut faire très attention, d'ailleurs c'est ce que font les Allemands : ils ont levé le pied sur ces énergies vertes. Et on ferait bien nous aussi de faire attention. Par exemple aujourd'hui tout le monde se félicite de ces nouvelles éoliennes qui vont être installées au large du Tréport dans la Baie de Somme. Eh bien l'éolien en mer coûte très cher, c'est une énergie intermittente, donc attention, c'est exactement ce qui a plombé l'Allemagne !

Mise à jour le Dimanche, 11 Mai 2014 13:19

Birds éoliennes

Imprimer PDF

Une petite BD de nos amis BirdsDessines.fr sur les éoliennes côtières

Birdsdessines_offshore

Mise à jour le Dimanche, 20 Avril 2014 16:22

Page 1 sur 11

La menace éolienne

Vous êtes ici : Accueil